Cyril VIENNOT, Triathlète Longue Distance

24/07/2012

Ironman UK : DSQ...

posté à 17h11

Après avoir pris un carton noir en Suisse, j'ai été disqualifié en vélo lors de l'Ironman de Bolton. D'ici à considérer que je suis devenu un délinquant de la route, il n'y a qu'un pas! Retour en détail sur le déroulement “tragique” de mon séjour en grande bretagne. Et désolé par avance pour la longueur et le ton emprunt d'animosité du récit!

En premier lieu, une petite précision pour resituer un peu les choses : l 'Ironman UK présente la particularité de proposer un déplacement au cours de l'épreuve (on nage dans un plan d'eau situé à environ 20kms de la T2, elle-même située à 15kms de l'arrivée)

Tout avait pourtant commencé assez normalement. Arrivé avec ma compagne mercredi, sous un temps clément, nous nous installons à l'hôtel situé à 500m du départ. Petit footing de décrassage sans emprunter la moindre route, car un sentier longe l'hôtel et rejoint directement le plan d'eau. Parfait! Par contre, jeudi ça se complique lorsqu'il s'agit de repérer le parcours vélo. L'organisation ne fournit qu'un vague plan... Euh non pardon, un dessin plutôt, car peu de routes sont tracées, elles ont encore moins leur nom de marqué, et l'échelle est approximative. Impossible alors de repérer les intersections. Je me retrouve avec deux Anglais qui connaissaient la route et qui me guident sur le début du parcours, soit la partie entre la T1 et la T2. Puis je galère pour trouver la boucle (à effectuer 3 fois) et je finis par rentrer à l'hôtel.
Nouvelle tentative le lendemain matin, avec une voiture ouvreuse qui s'arrête à chaque carrefour pour trouver les affiches “road closed on sunday”, seul moyen d'y arriver. Ca fonctionne pendant une trentaine de kms, puis nouveau plantage, et on jette l'éponge. La fin de la boucle sera de la découverte.

Le soir direction la pasta party, où je retrouve un autre français d'Auxonne que je connais de longue date. Il a pu repérer le parcours car les flèches ont été mises l'après-midi! Un signe du destin? J'ai été trop pressé... Bref, un plat de pâtes plus tard, on se rend compte que la mascarade appelée pasta party, et facturée 15£ normalement, se compose de pâtes délivrées au compte-gouttes, avec du pain, et pas trop de possibilité de se resservir car les réserves sont vites épuisées! Et pas de dessert. Après tout, il faut s'affûter en toutes occasions! Et dire que parfois je ne comprends pas pourquoi il y a si peu de pros présents à la pasta...

Samedi session plannifiée par l'organisation pour nager dans le lac de 9 à 10. Puis un rapide tour vélo jusqu'à la T2 pour déposer le “red bag”, et direction le briefing pro. Ensuite check in, interviews... Et vers 16h il ne reste plus qu'à se poser et se relaxer, ouf!

Le dimanche, le départ est donné à 6h. On rentre dans l'eau environ 20min avant... Ca caille! Départ de masse, mais il y a de la place sur une grande largeur. Je fais 200m dans les pieds, puis je ne tiens plus (c'est Wildshire qui emmène le rythme...) Ensuite, c'est “alone in the darh” (dark, c'est la couleur de l'eau!) jusqu'à la sortie.
J'enfourche le SCOTT Plasma avec 3min de retard. Il y a quelques dos d'âne à passer pour rejoindre la route, et je perds un bidon; Shit, comme on dit ici! Puis vers le 40e km, il y a des cônes sur la route pour nous guider à un rond point, mais avec un panneau de signalisation bleu indiquant de prendre à gauche des plots. Ce que je fais. Mais j'ai un doute car je vois d'autres plots après le rond point, sur une autre sortie... Le signaleur ne dit rien, ne fait pas de geste, et je demande à un spectateur si je suis bien sur la bonne route, il me dit que oui, et je continue, mais pas trop confiant. Au carrefour suivant (1km environ) il faut se rendre à l'évidence : je me suis planté! Je fais demi-tour et je reprends le bon parcours! Quelle m... Bon j'ai fait une grosse boulette mais tout n'est pas perdu. Je redouble rapidement deux concurrents qui me sont repassés devant, et un spectateur m'annonce que j'ai 10min de retard sur la tête! Je tente de rester motivé, et je continue mes efforts. Le 2e et 3e tour sont plus compliqués car il y a du monde sur la route. Je dois faire attention aux athlètes qui ont un tour de retard, et qui parfois occupent toute la moitié de la route. Et aussi aux voitures qui, malgré les indications “road closed”, circulent en sens opposé, et même parfois dans notre sens. Et quand elles sont bloquées derrière des cyclistes et que j'arrive beaucoup plus vite, rares sont les automobilistes qui tolèrent que je les dépasse...
Le parcours n'est pas simple à négocier, car c'est long (un peu plus de 180kms) et cassant, avec beaucoup de relances, un goudron granuleux et pas toujours en bon état, et une côte piquante qui fait bien son travail de destruction des cuissots! Je roule seul du début à la fin, je dois avouer que j'ai trouvé le temps long, mais je réussis à me rapprocher jusqu'à environ 3min des deux leaders à la T2. Il y a un peu de public, les spectateurs sont assez enthousiastes, et ça fait du bien! Je “donne” mon vélo à un bénévole, et pénètre ensuite dans le gymnase où se passe la transition. Mon sac n'est plus par terre, et je me dis “ils l'ont déjà préparé, top cette orga!”
Un arbitre se met devant moi et me dit que je suis disqualifié. C'est le choc. Je demande pourquoi, et il m'explique qu'un policier m'a demandé plusieurs fois de faire quelque chose, mais que je n'ai pas obtempéré. Bizarre car je n'ai vu aucune moto, pas même un arbitre, durant toute la partie vélo. Je lui explique que je n'ai sans doute pas entendu à cause du casque de chrono, et j'essaye de négocier, mais rien à faire. Je lui demande alors de se renseigner sur la nature exacte de mon méfait. Je suis tellement abassourdi que je ne cherche qu'à comprendre, sans protester. Plus tard il m'expliquera que sur le parcours, il y avait un accident avec une ambulance, que le policier m'a demandé de ralentir et que je ne l'ai pas fait. Je me souviens très bien de ce moment : j'étais en train de dépasser deux retardataires, et lorsque j'ai compris ce que me demandait le policier, je me suis relevé et j'ai freiné. Mais forcément, à plus de 40km/h, je n'ai pas pu m'arrêter (ce que n'ont pas fait non plus les deux autres) et je suis sans doute passé trop vite au goût de ce fameux policier, qui a téléphonné à l'organisation; cette dernière n'a rien trouvé d'autre à redire que “ok, bon ben alors on va le disqualifier”. J'ai quand même eu le temps de voir un cycliste allongé sur une civière, avec deux secouristes, mais sans doute aurais-je dû prendre une photo pour le prouver...

Bref, je suis dégouté, d'autant que les deux premiers n'ont pas couru en moins de 3h, ce qui laissait augurer une bonne bagarre à pied. Tout cet investissement, ces heures d'entraînements, pour finir comme ça, c'est rageant. J'ai rencontré le speaker à l'aire d'arrivée, (je commence à le connaître car il a couvert toutes les courses Ironman auxquelles j'ai participé cette année!) et il m'a dit qu'il ne comprenait pas la décision des arbitres. Quand je lui ai expliqué ce qui s'était passé, il m'a dit que l'organisation essayait de développer depuis quatre ans un partenariat avec la police, et donc qu'elle faisait tout pour ne pas la froisser...
Ce n'est pas trop dans mes habitudes de critiquer l'organisation, mais après en avoir discuté avec d'autres français, j'ai été conforté dans l'idée que celle-ci était un peu light. Je vais donc me permettre de rajouter que les ravitaillements étaient très compacts, et peu nombreux en vélo, et qu'il fallait de ce fait s'arrêter et poser pied à terre si on voulait deux bidons par exemple, ou un bidon et une barre. De plus, il fallait faire la queue un bon quart d'heure pour récupérer ses sacs dans l'aire d'arrivée, pour ceux qui avaient la chance de tous les retrouver du premier coup. Ceux-ci étaient acheminés en camion depuis la T1, déposés en vrac dans un couloir, et les pauvres bénévoles avaient bien du mal à les retouver. Cette précision est à l'attention de ceux qui auraient envie de s'inscrire l'an prochain...

Bon c'était un peu long, mais expiatoire et nécessaire pour moi! Place à un peu de récup, et comme je n'ai pas couru je devrais pouvoir me réentrainer normalement très rapidement... heureusement que je ne comptais pas sur cette course pour me qualifier à Hawaï... Je suis toujours 31e et il ne reste qu'un 70.3 à 500pts le weekend prochain, donc à priori c'est bon. Place maintenant à quelques CD, et à la préparation pour kona.

A bientôt.

 


Autre news:
12/05/2015 : Nouveau site internet
24/04/2015 : Retour sur l'Afrique du Sud, et suite des opérations
26/03/2015 : Ironman South Africa me voilà!
17/02/2015 : Next race : Ironman d'Afrique du Sud
27/01/2015 : Reprise des hostilités
16/10/2014 : Ironman Hawaii
22/09/2014 : Championnat du Monde ITU longue distance
17/08/2014 : Retour sur l'IM UK, le M d'Embrun, la qualif aux Monde...
19/07/2014 : IM UK, Championnat de France LD, etc...
13/06/2014 : Le vélo, check... Reste à bosser la nat et la course à pied!


» Consulter les archives

RSS